Il pleut sur mes parents

Il pleut sur mes parents / Il neige sur mes frères
Moi je ne suis que deux jambes qui vont vers la frontière
Et je leur aboie ça, à ces jambes-là, je leur aboie
Chaque fois qu’elles ne marchent pas
Aurions-nous donc si peu appris,
Nous vivions ensembles, en théorie….

Il pleut sur les parents, il neige sur les frères
Et moi je suis cet âne sabot frappant la poussière
Et je lui aboie, ça, à cet âne-là, je lui aboie
Chaque fois qu’il n’avance pas
Aurions-nous donc si peu vieilli
Nous vivions alors bien à l’abri
Nous vivions alors en pleine ironie…

Il pleut sur les parents, il neige sur les frères
Le monde est un enfant pour qui l’on ne fait pas l’affaire
Et je lui aboie, ça, à ce monde-là, je lui aboie
Quand il ne me lâche pas
Aurions-nous donc si peu de prix
Nous ne vivons qu’ici, en théorie,
Nous en vivons qu’ici, et qu’un après-midi

Pluie sur mes parents / Neige sur mes frères
Mais on a vu des poissons remonter le cours de la rivière